La Grande Guerre

Royaume de Serbie

1882 - 1918


Informations

  • Chef d'État : Pierre Ier
  • Statut : Monarchie constitutionnelle
  • Capitale : Belgrade
  • Langue : Serbe
  • Monnaie : Dinar serbe
  • Religion : Orthodoxe
  • Devise : Samo Sloga Srbina Spašava - Seule l'Entente sauve le Serbe
  • Hymne national : Bože Pravde
  • Drapeau : Il est composé de 3 bandes horizontales de taille identique. Il porte en son centre les armoiries de la Serbie.

Géographie

  • Superficie en 1912 : 77 474 km²
  • Superficie en 1919 : ... km²
  • Population en 1914 : 4 300 000 habitants
  • Population en 1918 : 4 500 000 habitants

           

Informations

  • En 1804, la principauté de Serbie est créée suite à différents soulèvements des Serbes. Le territoire est alors sous le joug de l'empire ottoman, qui ne reconnait pas la principauté de Serbie. Dès la création de la principauté, le territoire serbe n'est pas précisément borné ce qui entraîne de nombreuses disputes entre Serbes et Turcs. Lors des années suivantes, les tensions entre les deux États deviennent si fortes que les grandes puissances se saisissent du problème. En 1884, une commission internationale réunit des diplomates austro-hongrois, allemands et russes pour parvenir à une solution définitive. En 1882, la Serbie obtient enfin son indépendance et devient le royaume de Serbie. Rapidement, cette indépendance suscite une certaine hostilité de la part de l'empire austro-hongrois, qui souhaite intégrer la Serbie à sa zone d'influence. La famille princière des Obrenovic, qui redoute par ailleurs les ambitions régionales de la principauté de Bulgarie soutenue par la Russie, mène une politique d'alliance de plus en plus affirmée avec les Autrichiens. Une série de traités mettent le royaume de Serbie dans une situation de soumission politique et de forte dépendance économique. Cette situation mène au coup d'état de 1903, qui place la dynastie des Karageorgevitch, l'autre famille princière serbe, au pouvoir. En 1903, Pierre Ier prend place sur le trône et modifie radicalement les rapports de son royaume avec les Austro-hongrois. Il ne cache pas son ambition de regrouper les populations slaves du Sud aux dépens de l'ensemble austro-hongrois. À peine devenu roi, Pierre Ier met en place la constitution la plus démocratique et la plus libérale en Europe après celle de Grande-Bretagne. Cette liberté en Serbie favorise un foisonnement culturel qui fait de Belgrade un phare de liberté pour tous les Serbes des Balkans ainsi que pour Croates et les Slovènes qui souffrent dans l'Empire d'Autriche-Hongrie et qui rêvaient d'une Yougoslavie avec le même régime démocratique à leur tête. La Serbie reçoit le surnom de berceau de la démocratie dans les Balkans modernes. Ce régime de liberté sera en place jusqu'au début de la Grande Guerre.

Politique

  • Une grave crise politique sévit en Serbie dans les mois qui précèdent l'attentat de Sarajevo. Cette crise trouve son origine dans des conflits opposant des membres du pouvoir politique aux militaires concernant la gestion de la Macédoine nouvellement acquise suite à la dernière guerre balkanique. Les militaires veulent y instaurer un régime d'exception alors que les politiciens souhaitent mettre en place un régime libéral. À l'automne 1913, les militaires gagnent la partie et la Macédoine est soumise à une sorte de dictature militaire. Le 2 juin 1914, Nikola Pašić présente sa démission. Celle-ci est refusée par le roi Pierre Ier sous la pression des ministres français et russes présents en Serbie. Le 24 jun 1914, le roi Pierre Ier, malade, décide de se retirer du pouvoir en nommant Alexandre Ier, le prince régent. En tant que chef de l'armée Alexandre Ier est bien décidé à restreindre le pouvoir des militaires sur la vie politique de la Serbie. C'est dans ce contexte compliqué qu'a lieu l'attentat de Sarajevo, élément déclencheur de la Grande Guerre.

Économie

  • En 1910, le secteur agricole représente 47,9% du PIB serbe. Depuis quelques années, le gouvernement serbe tente de développer le secteur industriel en proposant une série d'avantages aux entrepreneurs. Malgré cela, les Serbes préfèrent rester dans le monde agricole. La Serbie est composée à 85% d'agriculteurs indépendants très souvent analphabètes et qui vivent en autarcie. Le pays souffre d'un sous-développement industriel qui a des répercutions jusque dans le secteur agricole vu le manque de chemins de fer. Cette fragilité économique provoque une dépendance financière des pays voisins. L'Autriche-Hongrie utilise cette fragilité pour tenir en respect la Serbie, dont certains membres du gouvernement souhaitent l'expansion territoriale à la Grande-Serbie, en étant le plus important client. À elle seule, l'Autriche-Hongrie achète 80 % des exportations serbes dont essentiellement des porcs. Après une crise des produits d'exportation en 1906,l'Autriche-Hongrie ratifie un accord commercial avec la Serbie en 1911. Cette dépendance a le don d'exalter le nationalisme des Serbes. Pendant ce temps, la France décide de renforcer sa présence économique en Serbie sous forme d'investissements dans les chemins de fer, dans les mines et à travers des contrats de fournitures d'armement tel que le canon de 75 et les fusils-mitrailleurs.

Guerre serbo-bulgare 1885-1886

  • Cette guerre, qui s'étend du 14 novembre 1885 au 03 mars 1886, oppose le Royaume de Serbie et la Principauté de Bulgarie concernant le rattachement de la Roumanie orientale à la Bulgarie. Les troupes serbes sont battues par les Bulgares à la bataille de Initialisa, le 19 novembre 1885. Cette défaire permet l'invasion de la Serbie par l'armée bulgare. Sous la menace des austro-hongrois, le roi de Bulgarie, Alexandre Ier accepte l'armistice avec le royaume de Serbie. Par le traité de Bucarest du 03 mars 1886, le tracé des frontières serbes est de nouveau confirmé, et la Bulgarie conserve la Roumanie orientale.

Guerre balkanique 1912-1913

  • Cette première guerre balkanique oppose la Ligue balkanique (la Serbie, la Bulgarie, la Grèce et le Monténégro) à l'Empire ottoman, du 08 octobre 1912 au 30 mai 1913. Les armées des États des Balkans en supériorité numérique sont rapidement victorieuses. À la fin de cette guerre, les membres de la Ligue balkanique se partagent la quasi-totalité des anciens territoires européens de l'Empire ottoman. Mais en Macédoine, la Bulgarie s'estime lésée par ce partage, ce qui provoquera la deuxième guerre balkanique opposant les Bulgares à leurs anciens alliés serbes et grecs.

Guerre balkanique 1913

  • Cette seconde guerre balkanique oppose la Bulgarie à ses anciens alliés, la Serbie et la Grèce, suite aux partages des gains de la première guerre balkanique, non-conforme aux accords initiaux. Malmenés, les anciens alliés demandent l'aide à la Roumanie dont les troupes marchent rapidement sur Sofia, la capitale de la Bulgarie. Suite à cette menace, la Bulgarie demande un armistice qui débouche sur le traité de Bucarest, dans lequel la Bulgarie doit renoncer à ses revendications, céder une partie de ses gains de la première guerre balkanique à la Serbie, à la Grèce et à l'Empire ottoman, et en plus céder une partie de son territoire initial à la Roumanie, ce qui créera des différends territoriaux avec ses voisins. Cette seconde guerre balkanique provoque la rupture de l'alliance russo-bulgare, laissant la Serbie comme seule alliée de la Russie dans cette région importante. C'est pour cela que la Serbie recevra le soutien total de la Russie lors de la crise de juillet 1914.

Buts de guerre

  • Suite aux guerres balkaniques, il apparaît que l'équilibre est loin d'être stable dans les Balkans. Sous l'impulsion du roi Pierre Ier, dès le début du conflit, le royaume de Serbie souhaite la constitution de la grande Serbie ou d'un vaste état intégrant tous les Slaves du Sud. À partir de l'automne 1915 et l'occupation de la Serbie par les troupes bulgares et allemandes, le gouvernement royal serbe en exil se fixe comme priorité la libération du territoire serbe, avec l'aide des Alliés. Dès le mois d'octobre 1918, avec la victoire des Alliés qui se dessine, la Serbie reprend de nouveau espoir pour la création de la grande Serbie. Dans ce but, le gouvernement serbe, appuyé par le gouvernement français, envoie ses soldats reprendre le territoire national et occuper les territoires dont les habitants devraient rejoindre la grande Serbie. Ainsi, des troupes serbes pénètrent en Bosnie, en Syrmie et dans le Banat dès le déut du mois de novembre 1918. Ces actions militaires et politiques mettent ainsi les grandes puissances européennes devant le fait accompli. La Serbie réalise ainsi le rassemblement des tous les Serbes dans un État commun mais celui-ci se fait trop souvent de manière forcée. C'est là le péché originel du nouvel État, appelé Yougoslavie. Les grandes différences entre ces peuples, telles que la religion, la culture, les traditions politiques, vont finir par provoquer de nouveaux troubles au sein des Balkans.

Conflit

  • Lors de l'assassinat du prince héritier autrichien, François-Ferdinand, à Sarajevo le 28 juin 1914, la Serbie s'affirme comme l'un des principaux protagonistes de la Grande Guerre. La crise de juillet 1914, entre l'empire austro-hongrois et le royaume de Serbie, qui s'ensuit provoque l'escalade vers une guerre mondiale par le jeu des alliances qui existe entre certains pays européens. Face à l'Armée commune austro-hongroise, l'armée serbe sort de près de deux années de campagnes ininterrompues, face à l'Empire ottoman, puis face à la Bulgarie lors des guerres balkaniques. L'armée serbe, composée de 400 000 hommes, présente de nombreuses faiblesses. Tout d'abord, l'équipement est déficient : nomnbreux sont les soldats serbes qui combattent vêtus de leurs habits civils. Ensuite, l'armement est également déficient : le nombre de fusils disponibles est inférieur au nombre de combattants serbes, l'artillerie ne compte qu'une centaine de pièces et ses munitions sont comptées. Privée d'une véritable industrie d'armement, l'armée serbe est dépendante des approvisionnements alliés qui lui parviennent pas voie ferrée depuis Salonique à travers les montagnes macédoniennes. Enfin, les services sanitaires sont déficients. Début juillet 1914, l'armée serbe est déployée le long de la frontière entre la Serbie et l'Albanie car des bandes albanaises multiplient les raids en territoire serbe.
  • Le 28 juillet 1914, l'empire austro-hongrois déclare la guerre au royaume de Serbie. Le même jour, les armées austro-hongroises lancent la campagne de Serbie dont le but est de s'emparer du royaume de Serbie. Le même jour encore, l'armée serbe reçoit le soutien de la mobilisation de l'armée Monténégro mal équipée mais forte de 45 000 hommes. Le royaume du Monténégro, lié au royaume de Serbie par des liens politiques, économiques et familiaux, déclare officiellement la guerre l'empire austro-hongrois le 08 août 1914. De son côté, les trois armées austro-hongroises prenant part à la campagne de Serbie comptent 250 000 hommes provenant d'unités de troupes territoriales et de troupes de réserve, moins expérimentées que les troupes serbes. Dès le 28 juillet 1914, les artilleurs austro-hongrois pilonnent Belgrade, prélude à une action forte visant à anéantir l'armée serbe le plus rapidement possible. Entre-temps, les Russes mobilisent leurs troupes le long de la frontière austro-hongroise. Le chef d'état-major autrichien, Conrad von Hötzendorf, retire alors une armée de la campagne de Serbie. Malgré cet handicap, le 12 août 1914, le général Oskar Potiorek lance ses troupes au-delà de la Save, au Nord-Ouest du royaume de Serbie, repoussant la 3e armée serbe. L'offensive austro-hongroise s'enlise rapidement, dès le 3e jour de l'attaque. Les troupes serbes stoppent l'avancée austro-hongroise au terme de cinq jours d'offensive. Les troupes serbes infligent le 17 août 1914 au Mont Cer, puis le 21 août 1914 à Jadar, deux cuisantes défaites à l'armée austro-hongroise, enlisée dans des combats décousus dans les montagnes de l'ouest de la Serbie. La retraite est alors ordonnée. Celle-ci se passe dans le plus grand désordre et les troupes serbes récupèrent pas moins d'une cinquantaine de canons, des armes et des munitions dont ils ont cruellement besoin. Fort de leurs victoires, les troupes serbes se lancent à l'assaut du territoire de l'Autriche-Hongrie, lançant des opérations en Syrmie, dans le Banat et en Bosnie-Herzégovine. Les faibles moyens des Serbes aidés des Monténégrins empêchent de pénétrer profondement en Autriche-Hongrie. Ayant réorganisé son dispositif, le général Oskar Potiorek inflige aux Serbes une défaite à proximité de Sarajevo, le 18 octobre 1914, obligeant le commandement serbe à abandonner ses conquêtes et à repasser la frontière. Le 06 novembre 1914, les troupes austro-hongroises repartent à l'assaut des positions serbes, les repoussant de 70 kilomètres. Cette offensive est menée cependant dans des conditions climatiques difficiles, aggravées par les pénuries alimentaires et vestimentaires qui frappent l'armée austro-hongroise. Belgrade, faiblement défendue, est reprise par les Austro-hongrois le 29 novembre 1914. Galvanisées par la présence du roi Pierre Ier, par un meilleur ravitaillement, commandées par des généraux qui exploitent à merveille la division des forces voulue par le commandement austro-hongrois trop sûr de sa victoire, les unités serbes engagées dans la retraite mais renforcées par des troupes fraîches venues du sud du pays, se retournent contre les unités autrichiennes. Dès le 02 décembre 1914, les troupes serbes contre-attaquent les troupes austro-hongroises affaiblies et mal coordonnées les unes avec les autres. Belgrade est libéré le 15 décembre 1914. En 15 jours, les troupes serbes expulsent de leur territoire les troupes austro-hongroises qui laissent derrière elles des milliers de prisonniers, de blessés et une quantité importante de matériels de guerre et de munitions. À l'issue de cette victoire serbe, le front se stabilise. Chacun des deux belligérants adoptent alors une attitude défensive, favorisée par l'épuisement serbe, le redéploiement des unités austro-hongroises en Italie et en Galicie et par une épidémie de typhus sévissant en Serbie et le long du front. La résistance serbe face à la poussée austro-hongroise entraîne un fort courant de sympathie dans le monde entier.

Informations

  • Roi : Pierre Ier du 15/06/1903 au 16/08/1921
  • Prince régent : Alexandre du 27/03/1909 au 16/08/1921
  • Président du conseil : Nikola Pašić du 12/09/1912 au 01/12/1918

Autres civils

Système politique

  • Depuis les années 1840, certains ministres rêvent d'un pan-serbe qui regrouperait tous les Serbes. Dès 1850, le ministre Ilija Garašanin ne cesse de revendiquer des terres habitées par des Bulgares, des Macédoniens, des Albanais, des Monténégrins, des Bosniaques, des Hongrois et des Croates. Le projet pan-serbe n'est divulgué au grand public qu'à partir de 1906. Le but dévoilé est d’unir dans un même État tous les Serbes et toutes les terres considérées comme historiquement serbes par les nationalistes serbes. Les réclamations territoriales de la Serbie se font plus insistantes lors des deux guerres balkaniques. Après ces deux guerres de courtes durées, la Serbie voit son territoire pratiquement doublé grâce à l'annexion de territoires en Albanie, en Bulgarie et en Turquie. En 1914, l’idéologie pan-slave devient la Grande Serbie, dans le but de s’attirer le soutien des Slaves non serbes des pays voisins. En décembre 1914, le président du Conseil, Nikola Pašić, annonce pour la première fois l’intention officielle de fonder un État yougoslave intégrant tous les territoires peuplés de Serbes, Croates, Slovènes et Bosniaques. À la suite de la défaite de l’Autriche-Hongrie en 1918, la Serbie presse la Triple-Entente de lui octroyer les territoires qu’elle réclame depuis des années. Elle annexe d’office les régions méridionales de l’ancien Empire ainsi que le Monténégro. Les Alliés lui accordent ensuite la Slovénie, la Croatie et la Bosnie-Herzégovine. Le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes est né le 01 décembre 1918.

Informations

  • Commandant en chef des armées : Radomir Putnik du 08/10/1912 au 08/12/1915
  • Commandant en chef des armées : Petar Bojović du 08/12/1915 au 01/07/1918
  • Commandant en chef des armées : Živojin Mišić du 01/07/1918 au 20/01/1921
  • Service militaire obligatoire : ...
  • Mobilisation générale : 25 juillet 1914
  • Entrée en guerre : 28 juillet 1914
  • Capitulation : -

Autres militaires

Tenues & décorations

Armement & équipement

  • Armée de Terre :
  • Force aérienne :
  • Armée de Mer :

Forces armées de 1914 à 1918

Forces armées en 1914

  • Troupes engagées : 400 000 soldats
  • Infanterie : 11 divisions
  • Cavalerie : 1 division
  • Artillerie : 100 canons dont 9 batteries de 75 mm, 7 batteries de campagne, complétés par des batteries d'obusiers de 120 et de 150
  • Marine : -
  • Aviation : -
  • Matériel : ...
  • Animaux :

Forces armées en 1918

  • Troupes engagées : ... soldats
  • Infanterie : ...
  • Cavalerie : ... cavaliers
  • Artillerie : ...
  • Marine : -
  • Aviation : -
  • Matériel : ...
  • Animaux :

Aucune

  • -

Situation géographique

Dates

13Mars

Royaume de Bulgarie

Cette alliance défensive secrète est signée dans le but caché de former la ligue balkanique. Cette alliance permet de se protéger à la fois de l'Empire ottoman et de l'Empire austro-hongrois, mais aussi à s'accorder sur le partage des territoires. Ainsi la Macédoine au nord de Skopje, le Sandjak et le Kosovo revenant à la Serbie et le Centre de la Macédoine, la Thrace et la côte de la mer Égée revenant à la Bulgarie.

1912

12Mai

Royaume de Bulgarie

Ce traité fait suite à la première alliance du 13 mars 1912 et accorde une alliance militaire totale entre les deux pays.

1912

29Mai

Royaume de Grèce

Ce traité fait suite à la demande du royaume de Grèce qui désire une alliance défensive en cas de guerre dans les Balkans.

1912

Dates

06Août

Empire allemand

Le Royaume de Serbie déclare la guerre à l'Empire allemand.

1914

02Novembre

Empire ottoman

Le Royaume de Serbie déclare la guerre à l'Empire ottoman.

1914

Batailles de 1914 à 1918

  • Date16 août 1914
  • LieuBataille du Cer
  • Troupes engagées180 000 VS 200 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille
  • Date16 novembre 1914
  • LieuBataille de la Kolubara
  • Troupes engagées250 000 VS 280 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date15 septembre 1915
  • LieuBataille de Monastir (1)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date12 mars 1917
  • LieuBataille de Monastir (2)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date15 septembre 1918
  • LieuBataille de Dobro Polje
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille

Militaires

  • Total des soldats mobilisés entre 1914 et 1918 : 707 300 soldats
  • Total des morts et portés disparus entre 1914 et 1918 : 450 000 soldats
  • Total des blessés entre 1914 et 1918 : 133 148 soldats

Civils

  • Total des morts et portés disparus entre 1914 et 1918 : 800 000 civils