La Grande Guerre

Civils

 

Mehmed V

Sultan - sulṭān

Mehmed V, né le 02 novembre 1844 à Constantinople en Turquie et mort le 03 juillet 1918 à Constantinople en Turquie, est le 35e sultan ottoman et le 99e calife de l'empire. Il accède au trône sans aucune expérience politique à l'âge de 65 ans le 27 avril 1909 suite à la déposition de son frère Abdülhamid II par les Jeunes-Turcs au pouvoir depuis la révolution de 1908. Mehmed V n'exerce presque aucune autorité politique et est tenu à l'écart du gouvernement de l'Empire. Durant son règne, l'Empire ottoman perd ses dernières possessions en Afrique du nord puis en Europe, avant de s'engager dans la Première Guerre mondiale. Sous son règne se déroulèrent le massacre des Arméniens en 1909 à Adana, la guerre italo-ottomane de 1911-1912, la Première Guerre balkanique de 1912 et la Grande Guerre 1914-1918 au cours de laquelle le régime des Jeunes-Turcs commet le génocide arménien, le génocide assyrien et le début du génocide grec pontique. Mehmed V meurt le 03 juillet 1918 quelques mois avant la fin du conflit.

35e Sultan 1909-1918
99e calife de l'empire 1909-1918

Mehmed VI

Sultan - Sulṭān

Mehmed VI, né le 14 janvier 1861 à Constantinople en Turquie et mort le 16 mai 1926 à Sanremo en Italie, est le 36e et dernier sultan ottoman ainsi que le 100e calife de l'empire. Il accède au trône à la mort de son frère Mehmed V, peu avant la capitulation de l'armée turque face aux armées alliées qui occupent déjà la capitale. Au lieu de résister, il préfère jouer le jeu des forces d'occupation étrangère, espérant leur arracher des conditions de paix clémentes. Il pense qu'une résistance n'a aucune chance de réussite et ne peut que faire empirer la situation. Cette position est perçue comme une trahison, et il perdit sa légitimité au sein de l'opinion publique qui se révolte lorsqu'elle apprend les conditions du traité de Sèvres. La lutte nationale, dirigée par Mustafa Kemal Atatürk depuis Ankara, se retourne contre lui. Il prend la fuite le 17 novembre 1922 à bord du cuirassé britannique HMS Malaya pour se réfugier à Malte. Cet événement marque la fin de l'Empire ottoman. Le dernier sultan ottoman passe le restant de sa vie en exil, dans des conditions économiques difficiles. Il meurt le 16 mai 1926 à Sanremo en Italie.

36e Sultan 1918-1922
100e calife de l'empire 1918-1922

Saïd Halim Pacha

Grand vizir - sadrazam

Saïd Halim Pacha, né 18 janvier 1865 au Caire en Egypte et mort assassiné le 06 décembre 1921 à Rome en Italie, est un homme d'état qui est Grand vizir (équivalent de premier ministre) du 12 juin 1913 au 03 février 1917. Il est l'un des signataires de l'alliance germano-ottomane en 1914. Il donne sa démission après l'incident de la poursuite du Goeben et du Breslau fin juillet 1914. Mais le sultan Mehmed V la refuse et lui demande de poursuivre son rôle de Grand vizir aussi longtemps que possible. Il présente sa deuxième démission en février 1917 suite aux affrontements continus entre lui et le parti des Jeunes-Turcs qui est au pouvoir. Cette fois, le sultan l'accepte et nomme Talaat Pacha à sa place. Durant les procès militaires qui suivront la Grande Guerre, il sera accusé de trahison au motif qu'il avait apposé sa signature aux accords de l'alliance germano-ottomane. Il sera exilé par les Britanniques le 29 mai 1919 dans une prison de Malte. Il bénéficiera d'un non-lieu et libéré en 1921, date à laquelle il s'installera en Sicile. Il est assassiné à Rome le 06 décembre 1921 par des agents de la Fédération révolutionnaire arménienne à cause de son rôle dans le génocide arménien.

Grand vizir 1913-1917

Talaat Pacha

Grand vizir - sadrazam

Mehmet Talaat Pacha, né le 10 avril 1874 à Kardjali en Bulgarie et mort assassiné le 15 mars 1921 à Berlin en Allemagne, est un homme d'État, Grand vizir et principal responsable de la politique de l'Empire ottoman de 1913 à 1918. Il est l'un des leaders du mouvement Jeunes-Turcs et le premier grand maître de la Grande Loge de Turquie. Il est le principal organisateur du génocide arménien. On lui attribue l'ordre de « tuer tous les hommes, femmes et enfants arméniens sans exception ». En 1917, il devient Grand vizir mais démissionne le 14 octobre 1918, alors que les Anglais occupent Jérusalem et Bagdad. La guerre perdue, les « trois pachas » Talaat Pacha, Enver Pacha et Djemal Pacha fuient à Berlin. Tous trois sont condamnés à mort par contumace le 5 juillet 1919 par la Cour martiale de Constantinople lors du procès des membres du Comité central du mouvement Jeunes-Turcs pour leur implication dans le génocide arménien. Le 15 mars 1921, Talaat Pacha est assassiné dans la rue à Berlin par Soghomon Tehlirian, rescapé arménien du génocide.

Grand vizir 1917-1918
Ministre de l'intérieur 1913-1917




Enver Pacha

Ministre - Bakan

Ismail Enver plus connu sous le nom d'Enver Pacha, né le 22 novembre 1881 à Constantinople en Turquie et mort le 04 août 1922 à Turksestan, est un homme d'état et un chef militaire turc. Il est l'un des chefs de la révolution Jeunes-Turcs. Lors du coup d'état ottoman de 1913, il prend le pouvoir avec l'aide d'officiers radicaux. Respectant formellement les institutions ottomanes, il prive le Grand vizir de toutes des prérogatives, notamment en lui annonçant non seulement sa nomination au poste de ministre de la guerre, mais aussi en informant les diplomates à Istanbul de sa nomination avant même les principaux responsables ottomans. Après avoir renversé le gouvernement, il constitue un triumvirat avec Talaat Pacha et de Djemal Pacha, connus comme les « Trois Pachas ». Le triumvirat se fait alors octroyer les pleins pouvoirs par une chambre terrorisée et met le parlement en vacances. Persuadé qu'il aura un grand avenir, il engage l'Empire ottoman dans le camp des puissances centrales durant le conflit mondial. Le II Reich a tellement confiance en Enver Pacha que les autorités allemandes parlent d'Enverland pour désigner l'empire ottoman. En effet, formé par des instructeurs allemands, sa politique constitue, durant les mois précédant le déclenchement du conflit, le dernier rempart à la perte d'influence du Reich dans l'empire ottoman. La défaite de 1918, et sa conséquence, l'occupation de l'empire ottoman, le pousse, à l'image de nombreux Turcs musulmans, à développer des sentiments panislamiques dans le cadre d'une lutte contre l'impérialisme européen. Il meurt le 04 août 1922. Les circonstances de sa mort ne sont pas très claires.

Ministre de la guerre

Djemal Pacha

Ministre - Bakan

Ahmed Djemal Pacha, né le 06 mai 1872 à Mytilène en Grèce et mort assassiné le 21 juillet 1922 à Tbilissi en Russie, est est un chef militaire ottoman et un membre du triumvirat militaire des Trois Pachas qui a gouverné l'Empire ottoman pendant la Grande Guerre. En tant que tel, il est impliqué dans le génocide arménien, assyrien et grec pontique. Sa répression du nationalisme arabe en Syrie et au Liban lui vaut d'être surnommé « le Boucher » dans le monde arabe. Il est l'un des concepteurs des politiques internes et étrangères du gouvernement. Djemal Pacha est nommé avec pleins pouvoirs aux affaires civiles et militaires en Syrie, au Liban et en Palestine en 1915. À la fin de 1915, Djemal Pacha démarre des négociations secrètes avec les Alliés pour mettre fin à la guerre : il se serait même proposé pour renverser le gouvernement ottoman. Ces tentatives ne mènent à rien, en partie parce que les Alliés sont incapables de s'entendre sur le futur territoire de l'Empire ottoman. En 1916, pendant le génocide arménien, Djemal ne semble pas être un des plus fervents partisans de l'extermination de tous les Arméniens. Les déportations d'Arméniens sont une bonne source de main d'œuvre dont il profite. Avec la défaite de l'Empire en octobre 1918, il prend la fuite avec sept autres leaders des Jeunes-Turcs en Allemagne, puis en Suisse. En 1920, Djemal se rend en Asie centrale où il travaille à la modernisation de l'armée afghane. Le 21 juillet 1922, il est envoyé par le gouvernement afghan à Tbilissi pour entamer une négociation avec les Soviétiques qui occupent des territoires afghans. Là-bas, il est assassiné par Stepan Dzaghigian.

Ministre de la Marine 1914


Ahmed Izzet Pacha

Grand vizir - sadrazam

Ahmed Izzet Pacha, né en 1864 à Nasliç en Grèce et mort le 31 mars 1937 à Istanbul en Turquie, est un homme d'état et un chef militaire des derniers moments de l'empire ottoman. Il exerce tour à tour le poste de ministre de la guerre, de Grand vizir et le poste de ministre des affaires étrangères. Le 14 octobre 1918, il devient Grand vizir et ministre de la guerre. Il signe la capitulation de l'Empire ottoman lors de l'armistice de Moudros avec les alliés le 30 octobre 1918. Affaibli par la maladie (la grippe espagnole), il quitte ses fonctions le 8 novembre 1918.

Grand vizir 1918
Ministre de la guerre
Ministre des affaires étrangères 1918