La Grande Guerre

 

 

 

L'infanterie de 1915

L'uniforme italien de toute l'armée est d'un gris verdâtre. Chaque régiment de ligne porte ses couleurs au collet. Une étoile en métal blanc orne ces rectangles terminés en pointe. Les régiments d'alpins et de bersagliers portent au col une flamme ou figure aussi l'étoile en métal blanc. Le fantassin dispose d'un sac en toile imperméable pratique et léger. La musette de toile verdâtre se porte sur le flanc gauche. Le bidon entouré de drap gris se porte à droite. Le casque italien, de modèle français, est fabriqué en une seule pièce. Il est peint du même ton que l'uniforme italien. Sur le devant, l'insigne de l'arme est reproduite au pochoir. Ce même insigne en métal orne la casquette.

Les arditi sont le corps spécial italien, chargés d'effectuer des coups de main sur les avant-postes ennemis. La guerre de tranchées voit ensuite la création de groupes spéciaux voués aux tâches les plus dangereuses. Ce sont les compagnies de la mort, "Compagnie della Morte" en italien.

1. Caporal - 2. Sergent 1916 - 3. Ardito bersaglier - 4. Ardito 1916 - 5. Sous-lieutenant - 6. Fantassin 1916 - 7. Fantassin 1916 - 8. Lieutenant 1916 - 9. Capitaine 1916 - 10. Colonel-brigadier - 11. Lieutenant-colonel

 

 

L'infanterie de 1916

En 1916, les arditi se spécialisent dans la pose d'explosifs pour barbelés et se livrent à des reconnaissances diurnes et nocturnes. De leur côté, les bersagliers disposent d'une tenue plus adaptée pour la montagne.  La plupart des bersagliers portent un chapeau orné de plumes de coqs de bruyère, présentes également sur les casques de combat.

1. Lieutenant-colonel de bersagliers - 2. Bersaglier 1916 - 3. Mitrailleurs bersagliers

 

 

 

 

 


L'infanterie
de 1917

En 1917, le corps spécial d'assaut est formé à partir des meilleurs éléments des arditi. Ce corps formé de 5 000 arditi, appelé les troupes d'assaut, "Reparti d'assalto" dispose d'un uniforme verdâtre comme les fantassins de ligne mais la tenue utilisée est très différente. Au combat, chaque ardito emporte un poignard, une douzaine de grenades et parfois un fusil à baïonnette repliable modèle TS 1891. Chaque ardito porte une sorte de casque rappelant la cervellière française, ainsi qu’une cuirasse le protégeant des tirs ennemis.