La Grande Guerre

 

 

L'infanterie de 1910 à 1914

Évoquer l'armée allemande, c'est évoquer l'Allemagne tout entière car ses soldats et ses civils de 1914 ne font qu'un tout homogène. Cette Gemeinschaft est issue de l'idée allemande qui a germé parmi les humiliations des guerres napoléoniennes. Cette communauté s'est peu à peu consolidée pour atteindre, entre 1870 et les années 1900-1910, une parfaite cohésion. Un essor industriel prodigieux et un accroissement spectaculaire de la natalité persuadent peu à peu l'Allemagne de sa grandeur. Elle sent la nécessité de se procurer de nouveaux marchés pour nourrir tant de bouches et préserver son standing. Elle se tourne naturellement vers les colonies dont elle se souciait peu jusque là.

1. Mousquetaire 1914 - 2. Chasseur de la Garde

 

 

L'infanterie de 1910 à 1914

Le havresac, modèle de 1895, équipe l'infanterie. Il est confectionné en peau de veau velue de couleur brun clair, bordée de cuir jaune, avec un cadre en bois à l'intérieur qui assure la rigidité de l'ensemble. Il est entièrement doublé de toile imperméable. Chacune de ses bretelles se compose de deux courroies ; la principale s'accroche à l'une des cartouchières, l'autre passe sous le bras et maintient le sac sur le dos. Les courroies principales servent à répartir le poids des cartouchières en évitant au ceinturon de descendre et de fatiguer ainsi le fantassin. Cette seule particularité rend ce havresac infiniment plus pratique que le havresac des autres armées. Une toile de tente individuelle se porte sur le havresac, enroulée autour du manteau. La gamelle, kochgeschirr, en aluminium complète l'équipement individuel. Le fantassin emporte 3 jours de vivres.

 

 

 

L'infanterie de 1910 à 1914

Les cartouchières en cuir noir rigide peuvent contenir 45 cartouches chacune. Une panetière, brotbeutel, s'accroche au ceinturon. Il sert à loger un gobelet en aluminium. Le petit bidon de 1 litre se suspend à l'étui-musette par un mousqueton. L'uniforme, le waffenrock, est en drap bleu foncé avec collet et parements d'un rouge vif et brillant très caractéristique.  Dès 1910, cet uniforme est remplacé rapidement par un uniforme moins voyant, pour les soldats de ligne. Cet uniforme de campagne et le feldgrau ou gris de campagne. Seuls les chasseurs et les unités de mitrailleurs sont dotés d'un uniforme tirant vers le vert clair.

1. Mousquetaire 1914 - 2. Mousquetaire 1914 - 3. Mitrailleurs - 4. Mitrailleur - 5. Mitrailleur

 

 

L'infanterie de 1915 à 1916

L'avènement de Guillaume II en 1888 donne au pangermanisme un champion de choix. Le pangermanisme se développe sous son impulsion jusque dans les moindres détails de la vie quotidienne. L'armée est l'objet de sa plus grande sollicitude. Il s'ingénie à parfaire les triomphales parades qui forgent l'âme allemande.

1. Général - 2. Feld-maréchal - 3. Aide de camp - 4. Colonel

 

 

L'infanterie de 1915 à 1916

L'élément le plus typique du soldat allemand est son fameux casque à pointe, le pickelhaube, qui est pourtant d'origine danoise. Il est fait de cuir bouilli, couvert d'un vernis noir et agrémenté de garnitures en métal blanc ou jaune selon les régiments. Ces garnitures, or ou argent pour les officiers, consistent en un aigle ou en un motif héraldique. La pointe amovible est remplacée par un panache blanc ou noir lors des parades. Les jugulaires, en cuir noir, portent à leur articulation droite la cocarde allemande et à gauche la cocarde du régiment. 

5. Colonel - 6. Lieutenant-colonel - 7. Commandant - 8. Capitaine

 

 

L'infanterie de 1915 à 1916

En 1915, la veste à boutons, la bluse, et le pantalon de drap gris pour les fantassins font leur apparition. La bluse a un collet rabattu et est de teinte feldgrau. Les pattes d'épaules portent les monogrammes et les numéros en rouge. Le pantalon gris a une ligne rouge sur le côté. Le vert clair des pattes d'épaules, trop voyant, est remplacé par la couleur du fond de l'uniforme. Les manteaux gris clair sont aussi remplacés par le drap feldgrau.

Le casque à point suit aussi la mode feldgrau. On le recouvre d'une housse de toile grisâtre sur laquelle se trouve, en rouge, le numéro du régiment. Par la suite, le numéro du régiment sera en vert. Malgré sa housse, le casque à pointe est reconnaissable de loin. On commence par ôter la pointe, avant que le casque à pointe soit progressivement remplacé par le casque de tranchée en acier. Ce casque de tranchée est admirablement bien étudié mais est aussi fort lourd. Il ne pèse pas moins de 3,250 kilos avec sa plaque frontale, utile dans les tranchées. De la plaque frontale amovible, il ne reste bientôt plus que les deux pistons de fixation, trop souvent pris pour deux trous d'aération.

1. Fantassin d'assaut 1916 - 2. Fantassin d'assaut 1916 - 3. Officier 1916 - 4. Sous-officier 1916 - 5. Armure de tranchée - 6. Mitrailleur
7. Fantassin d'assaut 1918 - 8. Grenadier 1916 - 9. Fantassin avec masque à gaz 1916 - 10. Grenade disque - 11. Grenade asphyxiante
12. Grenade à manche - 13. Grenade sphérique 

 

L'infanterie de 1917 à 1918

Les mitrailleurs ne changent pas beaucoup d'apparence au fil de la guerre. Ils adoptent juste le col et les parements gris vert ainsi que les boutons mats. Le havresac de combat est également adopté par les régiments du front.

1. Fantassin d'assaut 1917 - 2. Fantassin avec havresac en toile 1917 - 3. Mitrailleuse MG 08 - 4. Mitrailleuse légère MG08/15 
5. Fantassin d'assaut - 6. Officier - 7. Chargeur

 

 

Retour à la page précédente