La Grande Guerre
29Décembre

YMCA, le foyer du soldat

Noël 1917, les soldats américains éloignés de leurs familles au camp du Valdahon trouvent chaleur et repas de fête auprès des YMCA. Cette œuvre d’inspiration protestante née au XIXe siècle, a pris un essor considérable pendant la première guerre mondiale.

Consultez l'article
28Décembre


Valdahon, un village à l'heure américaine

Créé en 1905, le camp Militaire du Valdahon accueille dès l’été 1917 des  Américains. Ces soldats sont formés pendant plusieurs mois au maniement l’artillerie et modifier durablement l’existence des Villageois.

Consultez l'article
23Décembre


Marcel Santi, dessinateur pour mémoire

Marcel Santi est mobilisé en août 1916 en tant qu'observateur et agent de liaison. Une mission dangereuse : il faut courir sous les tirs pour porter les messages lorsque les liaisons téléphoniques sont rompues. 

Consultez l'article
22Décembre


La publicité de guerre

Entre deux articles de presse ou sur des panneaux d'affichage, la publicité est omniprésente depuis le début du XXe siècle. Un phénomène qui va s'accentuer avec la guerre, les annonceurs osant tout pour vendre leurs produits.
En août 1914, en marge de la mobilisation, les vitrines de magasins considérés comme allemands sont saccagées. 
Ce sentiment anti-germanique devient un argument de vente et une opportunité pour gagner des marchés !

Consultez l'article
21Décembre


Noël 1917

Ce mardi 25 décembre 1917 est le quatrième Noël dans les tranchées. Pour sauver les apparences, des combattants ont bricolé un arbre de Noël. L'espoir d'une victoire et de la paix sont dans toutes les têtes, sans aucune certitude d'y parvenir.

Consultez l'article
16Décembre


Eugène Turpin, inventeur de la mélinite

14/18 est la guerre des canons. A Paris, les gamins posent près d’obus plus grands qu’eux - drôles de joujoux !
C’est justement un fabriquant de jouets qui a inspiré l’armée française : Eugène Turpin.
Il utilise l’acide picrique pour colorer ses babioles. Il le transforme et en fait un explosif.
La découverte est baptisée mélinite, pour sa couleur jaune comme le miel. Elle remplacera la poudre noire.

Consultez l'article
15Décembre


La fourragère pour regonfler le moral des troupes

La fourragère est une cordelette qui ne pèse que quelques grammes, mais pour les militaires, elle a une importance énorme. Une distinction décidée en 1916. Cet insigne spécial est destiné à rappeler d’une façon apparente et permanente les actions d’éclats de certains régiments.

Consultez l'article
10Décembre


Le camp américain d'Is-sur-Tille

Pendant la première guerre mondiale, cette plaine agricole, a été un site stratégique ferroviaire de premier plan :
dès 1914, la gare régulatrice d’Is-sur-Tille acheminait les troupes, du matériel et du ravitaillement vers les zones de combat.
En 1917, l’Armée Américaine a construit ici une seconde gare, géante, sur 250 hectares, l’une de ses principales bases logistiques : le camp William.

Consultez l'article
10Décembre


Orphelins de guerre, les pupilles de la nation

Le jour même de la mobilisation, le 2 août 1914, à Paris, un mouvement de solidarité crée l’Association des orphelins de la guerre. Les soldats savent que s’ils sont tués, leurs enfants seront hébergés, éduqués, formés, gratuitement jusqu’à leur majorité. 18 établissements, accueillent ainsi les orphelins, mais aussi les veuves à qui l’on confie des groupements familiaux. 

Consultez l'article
01Décembre


Nancy, une ville en première ligne

D'autres bâtiments ont subi le même sort pendant toute la guerre en raison de la proximité de Nancy avec la frontière allemande. En septembre 1914, la bataille du Grand Couronné a sauvé Nancy, menacée par les troupes allemandes.

Consultez l'article
24Novembre


Le char Deborah

20 novembre 1917 à Flesquières. Ce char Mark IV, baptisé Deborah arrive sur les hauteurs de ce village du Cambraisis.
Mais cet engin redoutable de 28 tonnes est vulnérable. La machine est lente, à peine 6 kilomètres heure. 
Dans son espace confiné et sombre, 8 hommes d'équipage. Le bruit du moteur et des chenilles est infernal.
L'habitacle est enfumé, le blindage insuffisant.

Consultez l'article
23Novembre


Les premières grandes batailles de chars à Cambrai

Le 20 novembre 1917, 476 chars britanniques attendent, cachés dans des bois du Cambrésis dans le Nord de la France. Depuis des jours, ces chars britanniques s'apprêtent à lancer l'assaut contre les Allemands. Cette première attaque massive de chars de la Grande Guerre, la première de l'histoire de la guerre, n'aura pas l'effet escompté.

Consultez l'article
17Novembre


Le camp allemand de Villegusien

A Villegusien, dès mars 1915, 100 prisonniers allemands sont mis à disposition des Ponts et Chaussées pour travailler dans des carrières de pierres et consolider cette digue, endommagée l’année précédente. 

Consultez l'article
16Novembre


La chirurgie militaire

Présence de corps étrangers, risque élevé d’infection et abondance des blessés. Dès le début du conflit, contrairement à la chirurgie pratiquée en temps de paix, la chirurgie de guerre dénote par son caractère d’urgence. Les chirurgiens se rendent au plus près du front afin de traiter au plus vite un maximum de patients.

Consultez l'article
28Octobre


Le premier pilote noir américain, Eugène Bullard

Fils d’un esclave planteur de coton, Eugène Bullard est né en Géorgie, en 1895. Dès l’âge de huit ans, il quitte sa famille avec l’intention d’aller en France. Son père lui a dit qu’on y était jugé "par son mérite et non par sa couleur de peau"…

Consultez l'article
26Octobre


Le vocabulaire des tranchées

Venus de la France entière, les poilus mélangent leurs façons de parler et s’inventent un langage commun pour le quotidien. Ils font preuve d’une certaine autodérision, lue dès 1915 dans les journaux de tranchées.

Consultez l'article
19Octobre


L'offensive de la Malmaison

Le général Maistre l’avoue : le chemin des Dames a mauvaise réputation. Aussi,  une nouvelle opération manquée produirait un effet désastreux. Alors, l'attaque limitée est soigneusement préparée : 1800 canons occupent un front de 12 kilomètres !

Consultez l'article
19Octobre


Ain : Tournassoud, le commandant photographe de 14-18

C'était un temps où le temps de pause poussait à la mise en scène, à la composition. Le "commandant-photographe" Tournassoud n'a donc sûrement pas mis les pieds sur le front. Mais il a donné à voir ces poilus qui se battaient pour la France, des Français de toutes les régions du monde. 

Consultez l'article
14Octobre


René Fonck, l'as des as

Passionné de mécanique, René Fonck a 20 ans quand il est mobilisé. Après un passage dans le Génie, il rejoint l'aviation en 1915. A l'issue de sa formation, il rejoint une escadrille d'observation où il se fait remarquer par sa témérité.

Consultez l'article
14Octobre


Le vin,
l'indispensable compagnon du poilu

Le vin était l'ami indispensable du Poilu, pour une foule de raisons. "Pour lutter contre le cafard, l'ennui, la perte d'un camarade, l'éloignement...", énumérait au colloque l'historien Stéphane Le Bras, maître de conférence en histoire contemporaine à l'Université de Clermont-Ferrand, spécialiste d'histoire vitivinicole.

Consultez l'article
06Octobre


Le zeppelin abattu

Initialement cantonnés à des opérations de reconnaissance, dès le début de la guerre les zeppelins bombardent à très haute altitude des objectifs militaires jugés stratégiques.

Consultez l'article
28Septembre


les vendanges en Alsace

La mobilisation générale à l’été 1914 a privé la viticulture de sa main d’œuvre traditionnelle. Ce sont donc souvent les anciens et surtout les femmes qui se retrouvent à travailler dans les vignes. Mais certains viticulteurs sont contraints à l’arrachage de parcelles pour les transformer en champs de pommes de terre.

Consultez l'article
23Septembre


Clément
-Bayard , le zeppelin français

En 1910, un de ses aéronefs a  rallié Londres depuis l’Oise, accomplissant la première traversée de la Manche en dirigeable. En mai 1914, il fait la une des journaux.
De passage en Allemagne, il s’est approché d’un hangar militaire, où l’on amenait un zeppelin.

Consultez l'article
16Septembre


Fritz
Haber, bienfaiteur de l'humanité et criminel de guerre

Fritz Haber est issu de la petite bourgeoisie d’origine juive. A la veille de la guerre, c’est un chimiste réputé et ambitieux.
À cette époque, les savants veulent à tout prix éviter une catastrophe alimentaire mondiale. 

Consultez l'article
15Septembre


L'ypérite, la guerre au gaz moutarde

À Ypres, en avril 1915, la guerre chimique a franchi un palier avec l’utilisation par les Allemands du gaz de chlore.
Les attaques successives ont appris aux soldats à se protéger de mieux en mieux.
En 1916, les premiers masques à gaz avec filtres à charbon apparaissent.

Consultez l'article
14Septembre


Passchendaele, la bataille meurtrière

À Passchendaele, près d’Ypres dans les Flandres Belges, on se bat depuis l’été 1917. A l’automne, après 3 mois de bataille, le village a totalement disparu. 500 000 hommes dans les deux camps ont été mis hors de combat.

Consultez l'article
09Septembre


Guynemer disparaît

Un as, 53 victoires homologuées, lui-même abattu à 7 reprises et à chaque fois reparti.
Mais la mort si souvent frôlée finira par l’emporter. Le 11 septembre 1917, Guynemer disparaît ; il a 22 ans.

Consultez l'article
08Septembre


Les premiers Fokker

Fokker, c’est le nom de l'avion de chasse allemand qui va faire trembler le ciel pendant la Grande Guerre.
Arme redoutable, le Fokker sera, de l’été 1915 au printemps 1916, techniquement supérieur aux avions alliés.
En 1917, c’est un Fokker qui abat Georges Guynemer, l’as français.

Consultez l'article
07Septembre


Raids sur Londres

La première menace aérienne vient des fameux Zeppelin. À 3000 mètres d’altitude, ces ballons dirigeables allemands peuvent éteindre leurs moteurs et dériver en silence pour lâcher leurs bombes par surprise. Ils visent les sites militaires et industriels mais aussi les civils. 

Consultez l'article
02 Septembre


Le général Patton et les tanks US

Lors de l’entrée en guerre du pays en 1917, il demande et obtient de rejoindre l’État-major du Général Pershing dont il devient vite le bras droit. Arrivé en Haute-Marne avec le reste du commandement, celui qui vient d’être promu capitaine se porte volontaire pour la mise en place d’un corps de chars d’assaut américain. Il est persuadé que les tanks vont permettre d’emporter la décision lors des grandes batailles et de gagner, enfin, la guerre.

Consultez l'article
18Août


La photographie aérienne pour espionner l'ennemi

Dans le mois qui précède l'offensive au nord de Verdun, été 1917, les Français procèdent à une reconnaissance aérienne des objectifs à atteindre. 3000 photographies sont réalisées depuis des avions survolant les lignes allemandes. Des informations sont précieuses pour monter à l’assaut de ces positions.

Consultez l'article
12Août


Le général Arthur Currie

Le général Arthur Currie, 42 ans n’est pas un inconnu. En avril 1917, aux côtés du général Byng,
il a joué un rôle majeur dans la victoire de la bataille de Vimy dans l’Artois.
Sa devise : » « une préparation minutieuse doit mener au succès, ne rien négliger. »

Consultez l'article
11Août


Lens, une bataille de rue

Les cités minières de Loos en Gohelle dans le Pas-de-Calais. En août 1917, elles ont été le théâtre de combats acharnés entre les Canadiens et les Allemands. Ici, dans les faubourgs de Lens, les maisons des mineurs qu’on appelle les corons ne sont plus que des ruines mais les soldats allemands en ont fait des abris fortifiés.

Consultez l'article
10Août


La bataille de la côte 70
près de Lens

Le blockhaus est l’une des dernières traces encore visibles du champ de bataille de Loos en Gohelle dans le Pas-de-Calais. On est ici sur un léger promontoire mais qui dans ce plat pays offre une vue imprenable sur la plaine de Lens tenue par les Allemands. Une position très disputée que les Canadiens finiront par conquérir. Ce sera la prise de la cote 70.

Consultez l'article
05Août


Le cheval de guerre

En 1914, l’armée française compte 200 000 chevaux. 700 000 autres sont réquisitionnés. Des chevaux de traits se retrouvent enrôlés dans la cavalerie. Les bêtes ont faim, soif, et s’épuisent en vaines chevauchées. Des dizaines d’heures en selle, le harnachement qu’on n’enlève pas. Les blessures causées par les frottements s’infectent. La victoire de la Marne ne peut être exploitée par la cavalerie. Le galop est devenu impossible.

Consultez l'article
04Août


Les boucheries militaires

Le soldat français est de toutes les armées le soldat le mieux nourri !
C'est le ministère de la guerre qui le dit. 500 grammes de viande. Voilà la ration promise chaque jour au Poilu.
Les bœufs sont condamnés. Tout au long de la guerre, les boucheries militaires ne vont pas chômer.

Consultez l'article
04Août


Les mascottes des armées

Si 14-18 fut la guerre des hommes, elle fut aussi celle des animaux. Animaux brutalisés, exploités, mais aussi aimés. Les mascottes n’étaient pas rares sur le front. Les pilotes de l’escadrille La Fayette avaient adopté deux lionceaux, Whisky et Soda. Boules de poils trop vite grandies. Whisky le farceur croquait les képis des officiers. La recrue turbulente fut renvoyée.
Car, même avec les mascottes, l’armée réclamait de la discipline. 

Consultez l'article
28Juillet


Dijon, ville cosmopolite

En 1914, Dijon était une ville de 77 000 habitants. La petite ville tranquille a vu, pendant 4 ans, arriver successivement des flots de réfugiés belges et français, des milliers de blessés répartis dans les hôpitaux qui restaient en convalescence jusqu'à leur guérison. Et bien sûr d'innombrables soldats en uniformes, de toute origine. Une ville cosmopolite. 

Consultez l'article
27Juillet


Le retour des paysans mutilés

Dans les premiers mois de la guerre, la plupart des grands blessés pensaient ne plus jamais pouvoir travailler pour gagner leur vie. Parmi eux, beaucoup étaient des paysans. Un désastre dans une France essentiellement agricole. Des prothèses et des engins mécanisés sont mis au point dès 1915 pour que les mutilés puissent retourner aux champs.

Consultez l'article
22Juillet


Zille,
le dessinateur berlinois

Pendant la 1ère guerre mondiale, Heinrich Zille est l’un des plus célèbres peintres de la scène artistique berlinoise. Personne mieux que lui ne sait croquer les petites gens de la capitale de l’Allemagne, dans leur vie quotidienne, dans leurs souffrances de cette guerre qui n’en finit pas. Au fil des dessins, Zille montre de plus en plus d’aversion pour le conflit.

Consultez l'article
20Juillet


Berlin a faim

Été 1917, bientôt 3 ans de guerre. Berlin est loin du front mais subit malgré tout les conséquences de la guerre. Le Reich allemand ne s’était pas du tout préparé à un conflit long et dès 1915, la population a ressenti les effets du blocus maritime des Anglais. Berlin n’a plus d’argent et les prix ne cessent d’augmenter, Berlin a faim et les rations ne cessent de diminuer.

Consultez l'article
15Juillet


Les chinois accusés

En 1920, la caméra de Gaumont Actualités immortalise le départ des ouvriers indochinois. Danse du dragon, démonstration de sabres : la France salue ses colonies. Des travailleurs chinois, nulle trace. Et pour cause : les régions libérées ne veulent plus de cette main d’œuvre accusée de tous les maux. Meurtres et rapines leur sont reprochés et la population est terrorisée.

Consultez l'article
14Juillet


Les camps de travailleurs chinois

En 1917, ces hommes débarquèrent dans le nord pour participer à l’effort de guerre.
Le Chinese Labour Corps installa un de ses plus grands camps en Picardie.

Consultez l'article
07Juillet


Dunkerque, port de ravitaillement

Septembre 1914, le port devient une immense zone de transit: réfugiés, mobilisés, réservistes, blessés arrivent par paquebot. Les premières troupes anglaises y débarquent. S'y décharge quasiment tout le ravitaillement des troupes britanniques engagées dans le Nord de la France et dans les Flandres belges. Les Anglais font tourner le port à plein régime. Ils construisent des hangars, installent des grues et de nouveaux outils de manutention.

Consultez l'article
30Juin


Des prisonniers russes dans les mines

Lorsque la guerre éclate, le départ massif des travailleurs italiens entraîne une baisse de près de 50% de la production des mines de fer de Lorraine. Pour faire face à cette pénurie, les autorités militaires allemandes décident, début 1915, de faire appel à une main d’œuvre forcée : celle des prisonniers de guerre. Les dizaines de milliers de soldats russes capturés chaque mois sur le front Est semblent constituer une réserve inépuisable.

Consultez l'article
22Juin


La guerre du vin

En 1914, suite à des récoltes très abondantes, le marché du vin est saturé. Un tiers de la production nationale est réquisitionné « pour le moral des troupes ». Chaque soldat reçoit gratuitement un quart de vin par jour.
Quantité doublée en 1916, et triplée en 1918.

Consultez l'article
16Juin


Boulogne, port de guerre

14 août 1914, quelques jours après la déclaration de la guerre, le général French débarque ici à Boulogne
avec son état-major pour prendre la tête de la Force Expéditionnaire Britannique sur le front de l’ouest.
Dès lors, le port va vivre au rythme du flot incessant de navires déchargeant les soldats britanniques e leur matériel.

Consultez l'article
15Juin


Les premiers américains débarquent

Boulogne sur Mer, le 13 juin 1917, l’Invicta, un navire arrivant de l’Angleterre toute proche fait son entrée dans le port.
A son bord, le général Pershing, commandant en chef du Corps Expéditionnaire Américain, 53 officiers dont le futur général Patton et 146 soldats. Un débarquement modeste mais porteur d’un immense espoir.

Consultez l'article
09Juin


Général Pershing, La Fayette nous voilà

13 juin 1917, port de Boulogne sur mer, sur la passerelle du navire, un officier débarque à l’allure volontaire. C’est le général Pershing, 56 ans, chef du Corps Expéditionnaire Américain. Le soir même de son arrivée sur le sol français, il est accueilli à Paris comme un héros, un libérateur.

Consultez l'article
19Mai


Le monument des basques

Le béret sur la tête et l’œil mélancolique, le paysan tourne le dos au champ de bataille : il regarde au loin, vers ses montagnes qu’il ne rejoindra pas. La gloriole n’a pas sa place, ici, sûrement parce que le sculpteur était un ancien combattant.
Avec le monument des Basques, il a rendu hommage aux hommes du sud-ouest, tombés pour le chemin des Dames.

Consultez l'article
04Mai


Les Alsaciens-Lorrains engagés sous un faux nom

Demaison plutôt qu’Haussler. Cordonnier plutôt que Schuster. Pendant la Grande guerre des Alsaciens-Lorrains ont troqué leur patronyme à consonance germanique pour s’engager dans l’armée française et non dans celle du Reich.
Mais certains morts au combat n’ont jamais retrouvé leur véritable identité.

Consultez l'article
27Avril


Un printemps de grève
s

En ce printemps 1917, pratiquement aucun pays d’Europe n’est épargné par les grèves, mais c’est au Royaume-Uni et en Allemagne que les mobilisations sont les plus fortes. Dans le Reich allemand, le contraste est saisissant : pratiquement aucune manifestation dans le Sud, alors que les villes du Nord sont très touchées. A Berlin et à Leipzig, le caractère politique est très marqué. C’est l’annonce d’une baisse de la ration de pain qui va mettre le feu aux poudres.

Consultez l'article
22Avril


Benoît XV, le pape médiateur

Durant 4 ans, l'Église n'est pas épargnée par la première guerre mondiale. Intensément bombardée, la cathédrale de Reims en est l'exemple le plus frappant. Pourtant, un homme tente de rétablir la force morale du droit face au conflit armé : Benoit 15.
Un pape, apôtre de la paix, qui conjugue jusqu'en 1918 une intense activité diplomatique et humanitaire.

Consultez l'article
30Mars


La déclaration de guerre américaine

L’Amérique est un pays de migrants. Les plus nombreux sont les Allemands qui ont été des millions à franchir l’Atlantique depuis un siècle. En 1914, le pays reste neutre, mais il commerce avec la France et l’Angleterre.

Consultez l'article
25Mars


Le Touquet, refuge des Belges

Les combats et les exactions allemandes jettent plus d’1 million de Belges sur les routes de l’exil. Les habitants d’Ypres, en Flandre Belge doivent quitter leur ville prise en étau par les combats. Ils trouveront refuge à 150 kilomètres de chez eux, en France, dans la toute jeune et huppée station du Touquet Paris-Plage.

Consultez l'article
16Mars


La révolution russe

Mars 1917, le peuple de Pétrograd est dans la rue, et le monde va changer. Les Russes utilisent encore le calendrier julien :
ils ont treize jours de retard sur la France et ce soulèvement entrera donc dans l’histoire sous le nom de Révolution de février.  L’événement que beaucoup pressentaient est arrivé : c’est en fini de la Russie des Tsars !

Consultez l'article
03Mars


Le retrait allemand

Après la bataille de la Somme, les troupes allemandes sont exsangues
Le général Hindenburg décide de raccourcir le front de 40 kilomètres pour économiser des divisions.  
La retraite est soigneusement préparée : il faut dévaster le territoire rendu à l’adversaire.

Consultez l'article
24Février


Les russes se mutinent

Reims, 1916, 20 000 soldats russes, alliés des Français, débarquent sur le front de Champagne.
Deux brigades d’infanterie en tout qui vivront intensément, malgré la distance, les bouleversements politiques de leur pays.
Jusqu’au camp de la Courtine dans la Creuse où ils se mutineront.

Consultez l'article
17Février


Le pigeon photographe

Passionné de photographie, l’apothicaire se lance dans un projet un peu fou : il décide de fixer sous le ventre de ses pigeons au moyen d’un harnais un tout petit appareil photo avec déclenchement automatique de prise de vues toutes les 10 secondes.

Consultez l'article
09Février


La fonte des cloches

Si la population est prête à accepter beaucoup de privations en temps de guerre, ces 2 mesures prises au début de l’année 1917 ne passent vraiment pas. Dans la commune de Rosheim, ce sont en tout 6 cloches sur 10 qui sont démontées : 2 dans l’église du bas, 2 dans l’église du haut, la petite cloche du couvent et celle de l’école.

Consultez l'article
28Janvier


Les emprunts de guerre

Quatre grands "emprunts de la Défense Nationale" sont lancés en 4 ans avec un taux d'intérêts à 5 %. Pour toucher le cœur des Français majoritairement paysans en ce début de 20ème siècle, des personnages en tablier et en sabots sont représentés sur ces affiches illustrées par des artistes très connus à l'époque.

Consultez l'article
27Janvier


Les premiers rationnements

En 1916 déjà, face à la pénurie de charbon, la ville organisait des distributions rationnées et tarifées pour lutter contre la spéculation. En 1917, vont s'ajouter des restrictions alimentaires. L'armée continue ses réquisitions, mais les terres agricoles ne sont plus aussi productives qu'avant-guerre et au marché, les légumes (quand il y en a), la viande, les volailles, les poissons, sont hors de prix et les œufs sont même vendus à l'unité!

Consultez l'article
20Janvier


Les portugais entre en guerre

En 1914, le Portugal n’est encore qu’une jeune République, officiellement neutre mais néanmoins liée à la Grande-Bretagne par une ancienne alliance. En décembre 1915, les Britanniques lui demandent de réquisitionner tous les navires allemands qui mouillent dans ses ports. Le Portugal s’exécute. En réaction, le 9 mars 1916, l’Allemagne lui déclare la guerre.

Consultez l'article
13Janvier


La Grèce divisée

Lorsque la première guerre mondiale éclate, la Grèce proclame haut et fort sa neutralité. Marié à Sophie, la sœur du Kaiser Guillaume II, le roi Constantin entend protéger son pays d’une guerre jugée imprudente et futile. À l’inverse, son premier ministre Venizélos est  partisan d’une alliance avec les Français et les Britanniques, et estime que le pays devra tôt ou tard choisir son camp.

Consultez l'article